BAnQ logo. BAnQ logo. Archives

Recherche avancée - Recensement de la ville de Montréal, 1741 Mise à jour 15 décembre 2022

Présentation

Recensement de la ville de Montréal en 1741

En 1921, l’archiviste Édouard-Zotique Massicotte publiait dans les Mémoires de la Société Royale du Canada un document très intéressant intitulé : Un recensement inédit de Montréal en 1741 (1). Bien que n’étant pas un véritable recensement, ce document identifiait les propriétaires et les occupants des maisons situées à l’intérieur des fortifications de la ville et de même que ceux habitant dans les faubourgs immédiats. Il retraçait aussi les habitants qui possédaient des castors du Canada et des marchandises fabriquées hors de la Nouvelle-France contrevenant ainsi aux prérogatives exclusives de la Compagnie des Indes qui en détenait le monopole depuis 1725.

Le 12 mai 1741 (2), le gouverneur général, Charles de Beauharnois, et l’intendant Gilles Hocquart, signaient conjointement une ordonnance afin de permettre la perquisition des résidences montréalaises dans le but d’identifier les contrevenants. Ces visites constituaient en quelque sorte un véritable recensement des maisons de la cité réalisé au cours du mois de juillet 1741. Les procès-verbaux des perquisitions forment un document grand in-folio de 225 pages portant l’intitulé suivant : Recensement fait en cette ville par la Compagnie des Indes pour les indiennes et autres effets prohibés pour être marqué en vertu de l’ordonnance de messieurs le Gouverneur et Intendant (3).

Les perquisitions ainsi entreprises dans la ville intra-muros et dans les faubourgs immédiats de Montréal ont débuté le 14 juillet et se sont terminées le 24 juillet 1741. Cinq personnes ont été chargées de faire les visites des maisons. Il s’agit de François Daine, contrôleur de la Compagnie des Indes occidentales, Jacques de La Fontaine, membre du Conseil supérieur de la Nouvelle-France et juge intérimaire de Montréal et Antoine Salvaye de Trémond, commandant des gardes de la compagnie à Montréal. En plus de ces messieurs, deux gardes les ont assistés. Il s’agit des nommés Brossard (non identifié) et Beaufrère (Jacques Hénault dit Beaufrère).

En 1921, à partir du manuscrit original conservé, à l’époque, au palais de justice de Montréal, Édouard-Zotique Massicotte a réalisé un travail colossal en identifiant une bonne partie des propriétaires et des locataires de la ville de Montréal et de ses faubourgs dont les noms avaient été inscrits dans les procès-verbaux des enquêteurs en 1741. Sa connaissance de l’histoire de Montréal et la compréhension des documents manuscrits du XVIIIe siècle l’ont sûrement aidé à produire une liste exhaustive pour l’époque. Massicotte a présenté une communication sur le sujet lors de la réunion de la Société Royale du Canada tenue à Ottawa en mai 1921. Le texte de Massicotte a servi de référence à des recherches concernant la population de Montréal par plusieurs historiens dont Louise Dechêne, Daniel Massicotte, François Groulx et Jean-Richard Gauthier. Ces quatre chercheurs n’ont toutefois pas pu consulter le document original puisqu’il était considéré comme disparu des archives depuis le début des années 1970. Il a été récemment retrouvé dans le greffe du notaire Claude-Cyprien-Jacques Porlier (Recensement fait en cette ville par la Compagnie des Indes pour les indiennes et autres effets prohibés pour être marqués en vertu de l'ordonnance de messieurs le Gouverneur Général et Intendant, 14 au 24 juillet 1741, Archives nationales du Québec à Montréal, CN601, S329, D786, Greffe du notaire Claude-Cyprien-Jacques Porlier). Le dossier comprend le document original de 250 pages ainsi que le texte dactylographié de Massicotte.

En 2017, dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en collaboration avec le Programme de recherche en démographie historique (PRDH), nous avons repris les recherches de Massicotte avec pour objectif de produire une liste actualisée des propriétaires, des occupants et des locataires de Montréal en 1741. Pour la première fois, depuis près de cent ans, nous avons eu accès au document original conservé aux Archives nationales du Québec à Montréal. Pour les fins de notre recherche, nous n’avons pas reproduit l’intégrité du recensement en faisant abstraction des informations concernant les marchandises prohibées.

Dans la présente base de données, nous proposons les résultats de nos recherches sur l’histoire de la population de Montréal en 1741. Nous croyons avoir établi les noms des véritables propriétaires et des locataires des habitations de la ville intra-muros et des faubourgs immédiats de Montréal un siècle après la fondation de Ville-Marie par Paul Chomedey de Maisonneuve et Jeanne Mance. Comme le recensement ne couvrait pas tous les faubourgs et les côtes avoisinantes comprises dans la paroisse Notre-Dame, nous n’avons pas tenu compte des données concernant la population dans la présente recherche. Il en est de même pour le faubourg Saint-Laurent comprenant à cette époque 15 maisons habitées par 90 personnes. La base de données comprend 1036 noms touchant 553 maisons. En 1741, la population de la ville de Montréal et des faubourgs Saint-Joseph, Saint-Louis et Sainte-Marie serait de 2457 habitants répartis dans 553 habitations dont la plupart étaient situées à l’intérieur des remparts de la ville.

Dans notre livre La population de Montréal en 1741 (Montréal, Éditions Histoire-Québec, 2018, 291 p.), vous trouverez des notices plus complètes concernant les propriétaires et les locataires des habitations de Montréal et des renvois aux cartes géographiques permettant de localiser les maisons recensées.

Marcel Fournier, AIG

Historien et généalogiste

Longueuil (Québec), septembre 2021

Note de BAnQ

Lors de la mise à jour du 15 décembre 2022, les liens hypertextes pointant vers le recensement ont été ajoutés à la base de données.

Remerciements de la part de BAnQ :

Nous tenons à remercier Monsieur Marcel Fournier, historien et généalogiste reconnu et ancien employé des Archives nationales du Québec et de la Bibliothèque nationale du Québec, de nous avoir gracieusement permis de mettre en ligne la présente base de données. Elle met en valeur un document précieux conservé par notre centre de Montréal.

Notes :

  1. E.-Z. Massicotte, Un recensement inédit de Montréal, en 1741, dans Mémoires de la Société Royale du Canada, section 1, série III, mai 1921, vol. XV, p. 2-61. Disponible sur Internet à : (https://archive.org/details/unrecensementine00mass).
  2. Ordonnance de l'intendant Hocquart de l'intendant Hocquart qui règle que les anciens meubles d'indienne seront marqués du cachet de la Compagnie des Indes, aux termes de l'arrêt de Sa Majesté du 14 mai 1726, 12 mai 1741, Archives nationales du Québec à Québec, E1,S1,P3331, Ordonnances des intendants, Cahier 29 : Registre des Commissions et ordonnances Rendues par Monsieur Hocquart intendant de Justice, Police et Finances En la nouvelle France (10 janvier-16 décembre 1741), f. 32v-33v. Disponible en ligne (https://advitam.banq.qc.ca/notice/89507)
  3. Recensement fait en cette ville par la Compagnie des Indes pour les indiennes et autres effets prohibés pour être marqués en vertu de l'ordonnance de messieurs le Gouverneur Général et lntendant, 14 juillet 1741, Archives nationales du Québec à Montréal, CN601, S329, D786, Greffe du notaire Claude-Cyprien-Jacques Porlier.

Bibliographie :

Dechêne, Louise. « La croissance de Montréal au XVIIIe siècle » dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 27, no 2, septembre 1973, p. 163-179.

Fournier, Marcel. La population de Montréal en 1741. Ville et faubourg. Un recensement reconstitué. Montréal, Éditions Histoire-Québec, 2018, 291 p.

Groulx, François et Gauthier, Jean-Richard. « Résidence et lien de parenté des artisans de Montréal en 1741 » dans Scientia Canadensis, vol. 24, 2000, p. 7-25.

Massicotte, Daniel. « Stratification sociale et différenciation spatiale en milieu urbain pré-industriel : Le cas des locataires montréalais 1731-1741 » dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 44, no 1, été 1990, p. 61-83.

Massicotte, E.-Z. « Un recensement inédit de Montréal, en 1741 », dans Mémoires de la Société Royale du Canada, section 1, série III, mai 1921, vol. XV, p. 2-61. Disponible sur Internet à : (https://archive.org/details/unrecensementine00mass).