BAnQ logo. BAnQ logo. Archives

Recherche avancée - Recensement paroissial de Notre-Dame-de-Québec, 1815 (30 novembre 2020)

Présentation

Présentation

1. Les dénombrements paroissiaux de Québec (1716-1835)

Entre 1700 et 1850, la population de Québec passe de 2 000 à plus de 40 000 habitants. Jusqu'à la nomination en 1829 d'un curé pour la paroisse de Saint-Roch, seule la paroisse de Notre-Dame-de-Québec dessert les catholiques qui ont toujours formé au moins 60% des habitants de Québec. Administrer une paroisse aussi importante impose donc au curé la nécessité de se doter d'outils pour mieux connaître ses paroissiens. C'est pourquoi, à plusieurs reprises au cours des 18e et 19e siècles, profitant de ses visites paroissiales, le curé de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec entreprend la confection d'un relevé nominatif. Les dénombrements de 1716, 1744, 1792, 1795, 1798, 1805, 1806, 1815, 1818, 1821, 1823, 1833 et 1835 ont été conservés dans les archives de la paroisse.

Par le dénombrement de ses ouailles, surtout en période de forte croissance démographique, il pouvait ainsi mieux les connaître, en établir le nombre, le lieu de résidence et les activités; évaluer la quantité de communiants et même s'attarder à leurs relations avec les préceptes et les obligations de la religion catholique.

Dans certains cas, seuls les chefs de famille étaient énumérés; dans d'autres, tous les paroissiens catholiques étaient recensés. Les religieux des différentes institutions et congrégations de la ville sont généralement omis. Puisque les dénombrements de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec se limitent aux paroissiens catholiques, tant francophones qu'anglophones, les non-catholiques sont présentés sommairement, voire omis. Les recensements effectués sous les auspices du gouvernement (1825, 1831, 1842, 1851) compensent cependant en partie cette lacune. Enfin, puisque les limites de la paroisse catholique débordaient la partie urbanisée de Québec, il n'est pas étonnant de retrouver des cultivateurs de la Canardière, de la Petite-Rivière Saint-Charles ou des zones plus rurales en direction de Sillery et de Notre-Dame-de-Foy.

2. Le dénombrement de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec de 1815

En principe, contrairement aux recensements précédents, les dénombrements de 1815 et de 1818 comprennent tous les catholiques, peu importe leur âge. Toutefois,  les protestants font l’objet de mentions plus ou moins aléatoires. Ils sont plutôt comptés que nommer. Le curé catholique n’a que peu d’intérêt pour les protestants. Il est plutôt porté à les mentionner si des catholiques vivent avec deux. Le recensement de 1815 comprend 11 964 entrées. 2 481 mentions de professions sont enregistrées. La population protestante atteindrait 2 200 âmes soit 17 % d’une population totale de 12 767 habitants. Contrairement au recensement de 1818, celui de 1815 était resté inédit.

3. Remerciements

Grâce à l'aimable collaboration de Monsieur le curé Jean-Marie Chamberland, malheureusement décédé en 2014, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a pu numériser les recensements paroissiaux originaux de 1792, 1795, 1798, 1805, 1806, 1815 et 1818 et la copie du recensement gouvernemental de 1825 conservés dans les archives de la paroisse.

Nous devons l’informatisation des données à nos bénévoles infatigables pendant plus de 15 ans, Madame Claudette Laberge et son mari monsieur Raymond Blanchette.

Conseils pour la recherche

1. Pour retracer les individus faisant partie d’un ménage ou d’une maisonnée, il s’agit de relancer la recherche en utilisant le numéro de ménage ou de maison.

2. L’application gérant la base de données distingue les caractères accentués et les traits d’union. Il faut donc faire des essais avec les variantes orthographiques.

3. Il est possible d’utiliser la troncature. Pour obtenir, toutes les variations du nom Arsenault, inscrire Arsen%.

Madame Claudette Laberge et
son mari Monsieur Raymond Blanchette